FAQ LabVIEWConsultez toutes les FAQ

Nombre d'auteurs : 1, nombre de questions : 59, dernière mise à jour : 24 septembre 2008  Ajouter une question

 

Cette FAQ a été réalisée à partir des questions fréquemment posées sur les forums de www.developpez.com et de l'expérience personnelle des auteurs.

Je tiens à souligner que cette FAQ ne garantit en aucun cas que les informations qu'elle propose soient correctes; les auteurs font le maximum, mais l'erreur est humaine. Cette FAQ ne prétend pas non plus être complète. Si vous trouvez une erreur ou si vous souhaitez devenir rédacteur, merci de me contacter.

Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture.

Scyrius.


SommaireL'EDI LabVIEWGénéralités (13)
précédent sommaire suivant
 

LabVIEW est un environnement de développement créé par National Instruments en 1986. Il utilise le langage G basé sur une représentation graphique du code.
Son principal domaine d'utilisation est l'instrumentation car il dispose de nombreuses librairies permettant la gestion simplifiée des entrées/sorties d'un PC.
A l'origine disponible sur MAC, il s'est étendu sur Windows et Unix/Linux ainsi que récemment sur les systèmes embarqués avec une gestion du temps réel (FPGA).

LabVIEW dispose d'un interfaçage privilégié avec DAQMX (pour l'acquisition) ainsi que VISA (pour les communications COM et GPIB) afin d'utiliser plus facilement les matériels National Instruments et autres. C'est pourquoi LabVIEW est très utilisé en industrie (automobile, téléphonie, nucléaire, ) pour le test et pilotage d'équipements divers et en laboratoire (pour sa rapidité à fournir du code exploitable).

Mis à jour le 14 septembre 2008 Scyrius

Il existe 3 versions principales de LabVIEW : les différences viennent du nombre et du type de fonctions intégrées et donc du prix final :

  • Version de base : contient toutes les bibliothèques standard de LabVIEW;
  • Version complète : version de base avec de nombreuses bibliothèques mathématiques et analytiques;
  • Version professionnelle : version complète avec des outils d'analyse de code.

Il existe d'autres part des versions étudiantes un peu plus limitées mais largement suffisantes afin d'appréhender correctement cet environnement.

Pour compléter, il existe aussi un certain nombre de Toolkits fournissant des fonctions spécifiques à un domaine particulier. Un exemple parmi d'autre est l'Internet Toolkit (avec des fonctions Mail, FTP, .). Il faut se référer au site National Instruments pour avoir le détail.

Mis à jour le 14 septembre 2008 Scyrius

L'exécution d'un programme écrit sous LabVIEW est foncièrement différente de ceux faits avec d'autres langages de développement, tels le C ou le Java, où les instructions sont traitées séquentiellement.

Sous LabVIEW, l'exécution d'un VI est basée non pas sur des instructions effectuées séquentiellement mais sur l'évolution de ses données de départ : on part d'une ou plusieurs entrées, auxquelles on applique un certain nombre d'opérateurs (ou de fonctions), pour obtenir au final des sorties. On parle alors de flux de données.

Le second point important est le fait que, dès qu'un opérateur a toutes ses entrées définies, il est calculé. Ce principe a pour conséquence le fait que plusieurs operateurs peuvent théoriquement être exécutés en même temps, d'où le terme d'exécution parallèle. Ce terme est relativement impropre car, en réalité, ils sont bien exécutés l'un après l'autre mais dans un ordre totalement imprévisible. Cependant, la prise en charge des multi-cœurs et les multiprocesseurs donnera aux nouvelles versions de LabVIEW un véritable fonctionnement parallèle.



Prenons l'exemple ci-dessus pour illustrer le fonctionnement.
LabVIEW part des 4 entrées : il transmet leur donnée aux 3 operateurs +, - et ×. Les 2 premiers operateurs + et - ont maintenant toutes leurs 2 entrées complètes de sorte qu'ils peuvent être exécutés à l'étape suivante en même temps. Il manque encore la première entrée à l'opérateur × ce qui fait qu'il va falloir attendre la troisième étape (après le calcul du +) pour pouvoir faire cette opération. A la fin, toutes les opérations sont effectuées et toutes les sorties sont déterminées de sorte que LabVIEW s'arrête.

Mis à jour le 14 septembre 2008 Scyrius

  • Le diagramme tient sur un écran;
  • On code de gauche à droite;
  • Il ne faut hésiter à utiliser des sous-VI;
  • Il faut employer des noms explicites (sous-VI, fichiers, icônes);
  • Il faut utiliser les commentaires (onglet Documentation dans les propriétés du VI);
  • Il faut utiliser comme pattern comme connecteur des sous VIs;
  • Il faut simplifier les faces avant;
  • Il faut éviter les variables locales et globales;
  • Il ne faut pas hésiter à utiliser l'aide en ligne associée à chaque contrôle ou fonction;
  • Quand on ne sait pas comment commencer à écrire son VI, il faut se référer aux exemples fournis, qui sont très nombreux et très bien faits.

Mis à jour le 14 septembre 2008 Scyrius

Raccourci Utilité
CTRL + . Stopper un programme
CTRL + R Démarrer un programme
CTRL + E Passer du diagramme à la face avant et vice-versa
CTRL + H Afficher la fenêtre d'aide en ligne
TAB / Espace Changement rapide d'outil
CTRL + I Afficher les propriétés du VI
CTRL + B Effacer tous les fils en erreur
CTRL + S Sauvegarder le VI
CTRL + MAJ + S Sauvegarder tous les VIs

Mis à jour le 14 septembre 2008 Scyrius

A l'origine, LabVIEW servait à piloter des instruments de mesures tels les multimètres et autres oscilloscopes. Ainsi, le développement se résumait à proposer à l'utilisateur une copie du panneau avant de l'instrument à piloter. Le programme créé était donc un Virtual Instrument (instrument virtuel) ce qui a donné par contraction VI.

Aujourd'hui, la notion de VI est beaucoup plus large et englobe tout programme écrit sous LabVIEW. De plus, contrairement à d'autres langages, on a un seul VI par fichier. Ce VI peut contenir en outre autant d'appels à des sous-vi que nécessaire.

Pour finir, chaque VI ou sous-VI est exécutable indépendamment du VI appelant, ce qui offre un très gros avantage pour debugger facilement.

Mis à jour le 14 septembre 2008 Scyrius

La face avant est la fenêtre de l'IHM qui sera affichée durant l'exécution du programme.

Le diagramme est la représentation du code graphique associée à la face avant.

Mis à jour le 14 septembre 2008 Scyrius

Une palette est une petite fenêtre de type popup qui met à disposition tous les éléments utilisables dans un écran.



  • La palette Fonction contient tous les operateurs et fonctions utilisable sur un diagramme;
  • La palette Control contient tous les contrôles d'une face avant;
  • La palette Tool contient les outils de création (sélection, renommage, déplacement, etc) ainsi que les outils de debug (points d'arrêt, etc).

Chaque palette peut être composée de plusieurs sous-palettes classées par thèmes.

Mis à jour le 14 septembre 2008 Scyrius

Le contrôle et l'indicateur sont deux objets permettant de faire le lien entre la face avant et le diagramme. Le contrôle (une entrée) permet donc de saisir des données afin de pouvoir utiliser leur valeur dans le code. L'indicateur (une sortie) permet quant à lui d'afficher des valeurs, généralement résultats de calcul.

Attention : par l'intermédiaire des variables locales, il est possible d'inverser ce fonctionnement dans le diagramme et mettre par exemple dans un contrôle le résultat d'une opération.

Mis à jour le 14 septembre 2008 Scyrius

Proposer une nouvelle réponse sur la FAQ

Ce n'est pas l'endroit pour poser des questions, allez plutôt sur le forum de la rubrique pour ça


Réponse à la question

Liens sous la question
précédent sommaire suivant
 

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2018 Developpez Developpez LLC. Tous droits réservés Developpez LLC. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents et images sans l'autorisation expresse de Developpez LLC. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.

 
Contacter le responsable de la rubrique LabVIEW